Les imams algériens appelés à exercer dans les mosquées françaises devront, désormais, impérativement suivre une formation en laïcité. C’est ce qui a été décidé, récemment, en commun accord entre les deux pays.

Il est clair que c’est la France qui a pris cette décision afin de lutter contre les imams extrémistes. Ainsi, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé, hier, qu’un accord a été signé avec l’Algérie, le 8 octobre dernier, pour rendre obligatoire l’inscription des imams algériens détachés arrivant en France à un diplôme universitaire de laïcité. «Je souhaite que les imams détachés s’astreignent à obtenir un diplôme   universitaire au cours de la première année de leur séjour en France», a déclaré celui-ci à l’AFP. L’objectif est de garantir «une bonne intégration» des imams algériens nouvellement arrivés en France. «Connaissant les principes qui régissent l’exercice des cultes en France, ils seront en mesure d’apporter une réponse en phase avec la société française quand ils auront à répondre aux préoccupations des fidèles», a-t-il encore ajouté.

Il est à signaler que 13 universités en France proposent des «diplômes en laïcité». La dite formation inculquent aux imams « les libertés religieuses, la liberté d’expression et l’égalité hommes-femmes». Et pour ceux qui ne réussissent pas cette formation, ou qui refusent de s’y soumettre, le ministre français ne donne aucune précision. Mais il est clair que ceux là ne pourront pas exercer en France.

Elyas Nour