L’Algérie compte renforcer son réseau ferroviaire dans les toutes prochaines années afin de désenclaver certaines régions du pays, notamment celles du Sud. C’est du moins ce qu’annonce un responsable du secteur.

A cet effet, le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF), Azzedine Fridi, a déclaré aujourd’hui, sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale, qu’un appel d’offre a été lancé pour la construction d’une ligne reliant In Salah à Tamanrasset ainsi que des voies joignant Touggourt et Laghouat à Hassi-Messaoud et Laghouat à Djelfa. Des projets qui devraient  avoir un écho favorable auprès de la population de ces régions qui trouvent d’énormes difficultés pour se déplacer.

En tout, ajoute Azzedine Fridi, « ce sont pas moins de 2300 km de voies ferrées qui sont en cours de réalisation actuellement. Selon lui, l’Etat a engagé 30 milliards de dollars dans ce domaine, dont 97% a déjà été engagé. Le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires a cité, entre autre projet, la ligne de chemin de fer des Hauts Plateaux qui va relier, sur 750 km, M’Sila et Sidi Bel Abbés, et qui va être réceptionnée au mois de juin 2016. Il y aura également la voie ferrée Annaba – Oran, le but étant de relier la frontière Est à celle de l’Ouest.

Par ailleurs, il a annoncé que la ligne Alger – Tizi Ouzou va entrer en service en 2016. Ce projet, indique-t-il, a connu des retards en raison du problème d’expropriation.

M. Fridi a déclaré, en outre, que la gare centrale d’Alger, sise actuellement à la Pêcherie, va être transféré à Kourifa près d’El Harrach.

Elyas Nour

Notez cet article