Le concours de résidanat 2015 tenu en octobre passé à la faculté de médecine d’Oran fera parler de lui pendant des années. Pas moins de 1300 candidats y ont participé. Les résultats ont été défavorables à plus de 65% de ces candidats. Sauf que de lourds soupçons d’une fraude massive ont jeté le discrédit sur les résultats de ce concours. Et pour cause, le fils du doyen de la faculté de médecine et un parent à lui ont occupé les trois premières places ! 

Le fils du doyen n’avait même pas obtenu la moyenne lui permettant de s’inscrire en faculté de médecine.  Les étudiants ont enclenché, par la suite, une grande mobilisation contre la « Triche ». La protestation de ces étudiants en colère à contraint l’administration universitaire à annuler les résultats de ce concours le 5 novembre dernier suite à une commission d’enquête dépêchée sur place par le ministère de l’Enseignement Supérieur. Cette commission a réexaminé les copies des étudiants.  Les efforts des 493 lauréats sont « partis en fumée », dénoncent-ils dans plusieurs rassemblements tenus au sein même de la faculté de Médecine d’Oran.

Mais la mobilisation des lauréats ne changera pas grand-chose car ce concours a perdu de sa crédibilité et même le Recteur de l’université Oran a reconnu des anomalies et des dysfonctionnements dans les « modalités de … confection des épreuves du concours ». Le même Recteur va jusqu’à émettre le vœu, dans son dernier communiqué,  que « tous les candidats [puissent] aborder cette [2ème] session avec les mêmes chances équitables de réussite« .

De son côté, la section oranaise du parti politique le Mouvement démocratique et social (MDS), a dénoncé le traitement réservé par les autorités à « cette affaire du Résidanat 2015 ». « En effet, ils ne semblent y être allés ni dans le sens de la recherche d’une issue pacifique à ce conflit, ni dans celui de la lutte, à leur niveau, contre la TRICHE », déplore le MDS qui appelle à « la solidarité avec les candidats à ce Résidanat » en organisant une « grande mobilisation contre la Triche ».  « Ces candidats viennent de faire front contre la TRICHE qu’il soupçonne avoir dominé dans ce concours, au détriment non seulement de la compétence, du mérite au travail et de la dignité de tous les candidats honnêtes mais, à terme, au détriment de la santé des citoyens, du devenir des universités et des risques que des docteurs et spécialistes faussaires feront peser sur elles demain », souligne en dernier lieu le MDS.

Nourhane S.