Au cours des huit derniers mois, plus de 31 000 plaintes ont été déposées par des salariés au niveau des inspections de travail. Selon les services du ministère du Travail, seulement 20% de ces plaintes aboutissent à des conciliations entre les parties en conflit. Pour le reste, soit 80%, elles finissent devant les juges.

Les relations entre employés et employeurs sont loin d’être un long fleuve tranquille. Dans de nombreux cas, les rapports entre ses deux parties sont empreintes de discorde et de conflits. Les derniers chiffres avancés par le ministère du Travail l’attestent parfaitement.  Quelques 31 000 plaintes ont été déposées par des salariés auprès de l’inspection de travail au cours des huit derniers mois. 20%s d’entre elles seulement sont résolues par conciliation, tandis que les 80% atterrissent devant la justice.

Le recours à l’inspection du travail, faut-il le signaler est l’ultime solution pour l’employé qui se sent lésé dans ces droits. À ce propos, Mourad Yataghène, cadre supérieur à l’Inspection générale du travail, explique, dans un reportage de la Chaîne 3, que le travailleur ne s’adresse à l’inspection du travail que lorsqu’il n’arrive pas à se faire entendre de sa hiérarchie.

Expliquant le rôle de l’inspecteur du travail, M. Yataghène assure que ce dernier « ne fait qu’encadrer la phase de la conciliation en cherchant à trouver un terrain d’entente entre le plaignant et son responsable ». Ce n’est que « quand aucune entente n’est possible entre les deux parties que l’affaire sera transférée à la justice qui se chargera de statuer », poursuit-il.

Nourhane S. 

Notez cet article