AADL II/ Choix des sites en mars et pré-affectations dès mai

0
558

Les souscripteurs au programme de location-vente AADL 2 ne pourront choisir leurs sites de logement qu’en mars prochain, tandis que leur pré-affectation se fera à partir du mois de mai. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune.

Invité de l’émission « Hiwar As-ssaâ» (débat de l’heure) de la télévision publique A3, le ministre a tenu à rassurer les milliers de souscripteurs au programme AADL 2 qui attendent impatiemment de choisir les sites de leurs futurs appartements. Donnant enfin une date officielle aux concernés, M. Tebboune a précisé que les souscripteurs seront appelés à choisir leurs sites à partir du 11 mars 2016, afin de recevoir leurs pré-affectations le mois de mai de la même année.

Concernant les souscripteurs à la formule AADL 1 (2002), ces derniers auront leurs pré-affectations le mois de février 2016. «Qu’ils soient tous rassurés, vers le 8 février ces souscripteurs auront leurs pré-affectations. En plus de l’engagement de l’Etat, c’est une question d’honneur», a-t-il dit.

Les souscripteurs à la formule LPP, qui sont toujours en train de choisir leur site sur Internet, devront, quant à eux, recevoir leurs pré-affectations d’ici fin décembre et début janvier 2016.

Mettant l’accent sur la détermination de l’Etat à honorer ses engagements vis-à-vis de toutes ses décisions prises jusqu’à l’heure, Abdelmadjid Tebboune a annoncé qu’en janvier 2016, Alger sera une ville sans bidonvilles. À ce propos, il a précisé qu’il ne reste qu’environ 5700 familles qui seront relogées lors de la dernière opération, qui aura lieu le mois de janvier 2016». S’appuyant sur des chiffres, M. Tebboune a assuré que jusqu’ici 28 000 familles ont été relogées. Pour cette semaine, 6000 familles seront également affectées à leurs nouveaux appartements.

À propos de la crise actuelle que vit l’Algérie et la polémique autour de la loi des finances 2016, il a tenu à souligner que cette période devrait être une occasion pour l’Algérie de se «donner une nouvelle orientation économique” et de ne pas sombrer dans une «situation semblable à celle des années 80, car une mise sous tutelle des instances financières internationales (FMI, BM) nous fera perdre toute souveraineté», ajoute-t-il.

Le ministre a enfin assuré qu’il n’y aura plus de gaspillage. “Seuls les programmes complémentaires seront gelés dans le cadre de la rationalisation des dépenses”.

Nourhane S.