Insécurité dans le hôpitaux/ Le SOS des personnels

0
308

La sécurité dans les hôpitaux algériens est pour le moins précaire. Incivilités, insultes et agressions physiques sont devenues le quotidien du personnel médical qui tire la sonnette d’alarme et lance un véritable SOS aux responsables du secteur.

Les médecins exerçant dans des établissements hospitaliers algériens assurent être dans l’incapacité d’assurer correctement leur mission. Derrière cette impuissance ne se cache pas un manque de bonne volonté ou même de moyens, mais plutôt un climat d’insécurité et de terreur. Dans un reportage réalisé par la Chaîne 3, plusieurs médecins ont appelé à l’urgence de mettre fin à ce climat délétère.

Le professeur Rayane, chef de service des urgences aux CHU d’Annaba, a expliqué que plusieurs médecins et paramédicaux ont été agressés au niveau de son service. «Certains citoyens malades s’énervent rapidement et agressent le personnel soignant », a-t-il déclaré avec regret.

La situation ne fait qu’empirer, soulignent plusieurs médecins qui réclament le renforcement de la sécurité au niveau des hôpitaux et notamment au niveau des services des urgences, exposés à une constante pression.

Pour venir à bout de cette situation, le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a annoncé de nouvelles mesures, principalement l’installation de policiers au niveau des services délicats des hôpitaux. À ce propos, il a assuré que la DGSN s’engage à mobiliser 3000 agents supplémentaires au niveau de ces établissements.

De leur côté, les gestionnaires estiment que cette mesure est insuffisante et appellent à signer des contrats avec des sociétés de gardiennage privées, dont le rôle principal serait de veiller sur la sécurité du personnel médical.

Nourhane S.