Près de 20 ans après la décapitation des moines de Tibhirine, l’affaire n’est toujours pas close. Et si les Algériens continuent de croire que l’acte a été commis par les terroristes du GIA, la partie française est plus circonspecte. Une confusion nourrie autant dans la société civile que parmi les officiels.

En visite à Alger, la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, a de nouveau évoqué l’affaire et estime qu’il est «temps» de «mettre un terme» à cette affaire. «Il est temps que nous arrivions» au terme de cette affaire, a-t-elle en effet déclaré dans un point de presse conjoint avec son homologue algérien Tayeb Louh.

«Pour les familles des victimes, il devient urgent d’avoir une réponse, de savoir très précisément ce qui s’est passé. Nous en avons le souci de part et d’autre», a ajouté la ministre.

«Il y a quelques actes d’expertises encore à accomplir et nous disposerons des matériaux nécessaires pour le faire», a-t-elle ajouté. La ministre fait sans doute allusion aux échantillons prélevés sur les corps des moines lors de la visite à Alger, en octobre 2014, des deux juges français qui ont instruit cette affaire. Mais la partie algérienne, qui dispose de moyens avancés, a refusé de remettre les échantillons à des experts français. Ces derniers sont par contre autorisés à consulter les résultats en Algérie.

Enlevés en mars 1996, du monastère de Tibhirine, les têtes des sept moines trappistes ont été retrouvées, sans les corps, plusieurs semaines plus tard. Depuis, les familles des victimes, enterrées au sein de la basilique de Notre-Dame d’Afrique à Alger, réclament la vérité.

Des parties françaises pensent que la mort des religieux est due soit à une bavure soit à un acte délibéré des militaires algériens qui voulaient ainsi forcer la France à aider l’Algérie dans sa lutte contre le terrorisme. Mais une autre partie de cette même opinion épouse la thèse officielle algérienne qui explique que ce sont bel et bien des terroristes islamistes qui ont kidnappé puis tué les moines.

 Essaïd Wakli

Notez cet article