La décision prise par la wilaya d’Alger d’uniformiser l’habillage des taxis de la capitale a fait long feu. Suite aux pressions des chauffeurs de taxi, qui ont menacé de recourir à la grève, les autorités ont en effet reculé.

«Il est porté à la connaissance des chauffeurs de taxi, exerçant au niveau de la wilaya d’Alger, que suite à la demande formulée par le syndicat des chauffeurs de taxi de la wilaya d’Alger, l’opération d’uniformisation de la couleur des véhicules -en orange et noir- est annulée à compter du mercredi 23 décembre 2015», indique la wilaya dans un communiqué diffusé hier. Les autorités de la capitale ont ainsi cédé au forcing des « taxieurs » qui ont contesté cette mesure.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, la wilaya d’Alger avait menacé les chauffeurs de taxi de ne pas renouveler leurs licences, s’ils ne se soumettaient pas à cette décision d’«habiller» leurs taxis des couleurs noir et orange. Sept opérateurs avaient même été choisis pour procéder à l’opération. Le choix de ces sociétés a été également contesté par les concernés.

Dans un premier temps, la wilaya d’Alger avait opté pour un seul opérateur. Cela constituait une aubaine pour celui-ci, la wilaya d’Alger disposant de quelques 20 000 taxis. Cette situation n’a évidemment pas manqué de suscité la suspicion.

A vrai dire, la manière peu transparente,avec laquelle a été menée l’opération prédisait son échec.

Elyas Nour