Jusque là, l’Algérie était le seul pays nord-africains qui ne disposait pas d’une école ou d’une université américaine. Depuis hier, ce n’est plus le cas.

En effet, l’Algérie et les Etats Unis ont signé, à Washington, un accord pour la création d’une école américaine à Alger. C’est l’ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra, qui a paraphé le document avec Anne Patterson, sous-secrétaire d’Etat américaine pour le Proche Orient.

Les autres pays nord-africain disposent de ce genre d’écoles depuis plusieurs dizaines d’années dans certains cas. A titre d’exemple, en Tunisie, il y a l’«American Cooperative School of Tunis (ACST)» qui accueille 630 élèves de différentes nationalités. L’école dispense des cours selon le système éducatif des États-Unis, de la maternelle jusqu’au baccalauréat. Elle a été fondée en 1959.

Au Maroc, il y a le «Rabat American School», fondée en 1962. Alors que l’Egypte dispose de l’ «American University in Cairo», une université créée en 1919.

Bien évidemment, l’école Américaine d’Alger ne sera pas différente de celles existantes dans les autres pays de la région. Les cours seront dispensés selon le programme américain, en anglais, même s’il est prévu un module en arabe et un autre dédié à l’histoire et à la géographie de l’Algérie. L’école sera certainement payante et il est clair que les petites et moyennes bourses ne pourront pas y inscrire leurs enfants.

Elyas Nour 

Notez cet article