Le Conseil de la nation a adopté ce jeudi 10 décembre, les amendements au Code pénal visant à renforcer la protection des femmes contre certaines formes de violence. Cette adoption a été considérée par les organisations algériennes de défense des droits des femmes et Amnesty International comme un « un pas important dans la bonne direction ». 

Ceci dit, ces mêmes organisations demandent des « reformes globales pour prévenir, pénaliser et éliminer la violence sexuelle et liée au genre en Algérie ». Dnas un communiqué parvenu à notre Rédaction, Amnesty International « demande aux autorités algériennes d’adopter incessamment une loi globale pour lutter contre la violence liée au genre en collaboration étroite avec les victimes et les organisations algériennes de défense des droits des femmes qui peuvent apporter leur expérience et leur expertise précieuses dans la lutte contre la violence liée au genre ». La même source insiste sur la nécessité « d’adopter des mesures permettant de poursuivre effectivement les auteurs de viol et d’autres formes de violence sexuelle ». Et pour ce faire, il est urgent de renforcer « l’accès des victimes de violence sexuelle à la justice ainsi qu’aux services de santé et de soutien », explique enfin Amnesty International.

Notez cet article