Lors de son intervention, ce matin, sur les ondes de la Chaine 3″, l’inspecteur général des Douanes algériennes, Abdelmadjid Latreche, a abordé le sujet des enquêtes diligentées durant l’année 2015, et qui concernent essentiellement les infractions de change.

L’inspecteur général a avancé des chiffres qui illustrent parfaitement les ramifications des activités délictuelles commises par les exportateurs. Ainsi, 120 entreprises ont été déférées devant la justice pour divers transferts illicites de devises et métaux précieux.

Durant l’année en cours, 381 affaires de ce genre ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires en vue d’endiguer ce phénomene qui tend à prendre de l’ampleur. Ainsi, ce sont 150 milliards DA, soit l’équivalent de 1,5 milliard de dollars, qui sont transférés illégalement, infligeant des pertes considérables à l’économie nationale.

L’intervenant a également abordé le sujet des mécanismes délictueux telles la double facturation ou les fausses déclarations qui permettent à ces opérateurs de transférer des sommes considérables vers des paradis fiscaux.

Il a par ailleurs indiqué que les transferts de devises ne représentent qu’une partie des biens qui sortent de façon illégale du territoire national. Les métaux précieux tels que l’or et l’argent sont singulièrement spécifiés. Durant l’année 2014, environ 630 kg d’argent et 8 kg d’or, représentant une valeur de 104 million DA, ont été saisis.

L’intervenant a expliqué cette prolifération d’activités délictueuse par les méfaits de la libéralisation du commerce extérieur qui a selon lui, ouvert les portes à des opérateurs malhonnêtes qui contribuent, aujourd’hui, à affaiblir l’économie nationale.

Massinissa Mansour

Notez cet article