L’amiante est un matériau toxique qui menace la santé de milliers de travailleurs et d’écoliers en Algérie. Ces derniers, selon des spécialistes participant à une journée d’étude sur les dangers de cette substance, doivent se soumettre régulièrement à une visite médicale particulière, en plus du port de la tenue de protection obligatoire (gants, combinaison et masque).

En Algérie, plusieurs infrastructures dont des usines, des établissements hospitaliers et des écoles, construits avec de l’amiante, un matériau très toxique, ne sont pas identifiées. Malheureusement, ces sites représentent une menace pour la santé publique car les travailleurs ou les écoliers les fréquentants peuvent développer de graves maladies respiratoires et même des cancers.

Les participants à une journée d’étude, hier lundi, à Oran, à propos du thème « la santé de travail : la question de l’amiante », ont tiré la sonnette d’alarme et insisté sur l’urgence de localiser et de désamianter toutes les infrastructures potentiellement dangereuses. Soulignant que les pouvoirs publics ont investi un important budget afin de désamianter les habitations, les structures hospitalières, les installations industrielles et les édifices publics en Algérie, les spécialistes ont affirmé que la tâche demeure encore très ardue en raison de l’absence de plans précis, car plusieurs édifices construits lors de l’époque coloniale contiennent de l’amiante, mais «il est difficile de les repérer».

Les experts ont par ailleurs mis l’accent sur le danger de l’amiante sur la santé des personnes exposées. A ce propos, Pr. Lamara Mohamed Ameur, du laboratoire biogénotoxicologie et santé de travail du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger, a fait savoir que « des écoles, des usines, des hôpitaux font l’objet de désamiantage, mais beaucoup d’autres structures contenant de l’amiante restent inconnues », a-t-il soutenu.

Pour le spécialiste, le danger vient des poussières d’amiante inhalées et pénétrant de façon profonde dans le système respiratoire pour atteindre les bronches, entraînant des cancers de la plèvre, des fibroses pulmonaires, des plaques pleurales qui n’apparaissent que vingt, trente, voire quarante ans après. Il est à noter qu’entre 1998 et 2001, plus de 44 maladies liées à l’amiante ont été recensées dont 10 mésothéliomes pleuraux et six cancers par la Caisse nationale d’assurance sociale (CNAS)

Nourhane S. 

Notez cet article