Le projet de l’installation en Algérie d’usine de montage des véhicules Peugeot est presque finalisé. Le constructeur français a trouvé ses futurs associés dans sa nouvelle aventure algérienne. Et le premier groupe privé qui profitera des perspectives prometteuses de l’installation de Peugeot en Algérie s’appelle… Condor. 

Des téléviseurs, machines à laver et smartphones aux… véhicules. C’est la trajectoire que s’apprête à négocier le groupe algérien Condor. Ce dernier est en train de finaliser ses négociations avec Peugeot pour s’imposer comme l’un des actionnaires les plus importants de Peugeot Algérie qui lancera le montage de trois véhicules dans sa future usine à Oued Tlelat à Oran. L’usine de Peugeot sera située tout près de l’usine de Renault qui a soufflé sa première bougie. Dans cette région de l’Oranie, les autorités envisagent de mettre en place un véritable pôle d’industrie automobile.

Et dans ce sens, le projet Peugeot ne manque pas d’ambition car, dés son lancement, au moins trois véhicules seront montés. Il s’agit de la Peugeot 208 et 308 ainsi que le Berlingo de Citröen, un véhicule utilitaire, a-t-on appris de sources proches de ce dossier. Condor détiendra entre 15 et 17 % de parts dans le capital de la future société qui dirigera cette usine. Il ne devra pas s’occuper de la commercialisation des véhicules montés ni du management de l’usine. Mais il sera grandement impliqué dans les activités du montage et de la sous-traitance. Une filière stratégique qui va, à l’avenir, lui permettre de se positionner sur d’autres projets industriels de grande envergure car il va acquérir une véritable expérience industrielle dans l’usine Peugeot. De son côté, le constructeur français détiendra 49 % des parts. Deux autres actionnaires algériens détiendront des parts dans ce projet. Il s’agit de l’entreprise publique basée à Constantine PMO spécialisée dans la Production de machines-outils, d’organes et de pièces. Mais l’autre surprise de ce projet s’appelle Propharmal.  Un laboratoire pharmaceutique spécialisé dans la production sous licence et le façonnage de spécialités pharmaceutiques. Dans son capital, on retrouve le français Eurapharma, considéré comme  les leaders de la distribution de produits et services pharmaceutiques en Afrique.

« Le projet Peugeot » ambitionne de créer entre 1000 et 1500 emplois dans les trois années de son lancement. Il vise aussi un ambitieux taux d’intégration de 40 %. Le coût de ce projet ne dépassera pas les 100 millions d’euros. Les ambitions sont là. Il reste maintenant qu’à signer le pacte d’actionnaires et de lancer officiellement ce projet dont l’Algérie a grandement besoin pour diversifier son économie.

Notez cet article