La hache de guerre est déterrée entre le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, et la vice-présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA) et de BusinessMed (Union méditerranéenne des confédérations d’entreprises), Saïda Neghza. Cette dernière n’a pas pu retenir ses larmes lorsqu’elle a dénoncé les menaces lancées contre elle par le patron de l’ETRHB et les autres membres du FCE. 

 [fbvideo link= »https://www.facebook.com/chnanatv/videos/1720581331504932/?video_source=pages_finch_thumbnail_video&theater » width= »500″ height= »400″ onlyvideo= »1″]

On se croirait dans une scène du film «Le Parrain» ! Saïda Neghza a dénoncé publiquement Ali Haddad lors d’une conférence animée par la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA) et l’a accusé d’avoir proféré des menaces contre sa personne. La Vice-présidente de la CGEA se dit en « danger » et appelle le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à intervenir immédiatement pour mettre un terme aux manœuvres d’Ali Haddad qui, selon elle, cherche  à détruire la CGEA pour éliminer toute concurrence à son organisation qui cherche à étendre son influence sur le gouvernement, déplore Saïda Neghza.

D’après cette femme d’affaires, tout a commencé lorsqu’un certain Mourad Ouadah, membre du FCE, s’est rapproché de BusinessMed, dans laquelle Saïda Neghza a été nommée récemment Vice-Présidente, exerçant des pressions afin d’imposer son poulain et d’évincer cette dernière qui semble déranger le FCE et ses plans d’hégémonie. Saïda Neghza a également révélé qu' »Ali Haddad a fait parvenir une lettre au Forum mondial des chefs d’entreprises dans laquelle il a essayé de briser notre confédération forte de plus de 25 ans d’expérience ».

Face à ces accusations, le FCE d’Ali Haddad a adressé une lettre à plusieurs médias pour démentir ces accusations. L’organisation patronale dirigée par le propriétaire de l’USM d’Alger et de Dzaïr TV annonce même qu’il va poursuivre Saïda Neghza pour diffamation.

Mercredi matin, dans une déclaration à Algérie-Focus, la vice-présidente de la CGEA a maintenu ses accusations et a affirmé disposer de preuves accablantes, enregistrement audio et documents écrits, contre l’organisation d’Ali Haddad. Affaire à suivre.

Avec Massinissa M.