Selon le site  Algérie 1, réputé pour sa proximité avec le cercle présidentiel, le président de la République va prochainement procéder à des changements importants au sein de son cabinet et du gouvernement.

Il semblerait que ces changements visent, ont indiqué au site des sources proches de la Présidence, à recadrer un certains nombre d’éléments défaillants et d’autre faisant partie des fidèles du général déchu, Mohamed Mediéne, dit Toufik.

Ainsi plusieurs noms de personnalités, proches du cercle présidentiel, sont cités pour occuper des postes clés dans ce qui semble être une nouvelle équipe au sein de la Présidence et du gouvernement. Le nom de Zerhouni est, ainsi, avancé pour occuper le poste de « directeur de cabinet à la Présidence, en remplacement d’Ouyahia qui sera amené à prendre les rênes du parti RND, une fois élu par ses pairs au poste de secrétaire général, et de « se contenter d’apporter un soutien sans faille au Président et à son programme », soulignent les sources d’Algérie 1.

 Ces mêmes sources annoncent également d’autres changements après l’adoption du projet de révision de la constitution et qui toucheront, en principe, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui aurait formulé le vœu de se voir désigné à la tête d’une ambassade, puisque lui-même montrant, selon eux, des signes de lassitude et faisant dire autour de lui que plusieurs ministres ne lui rendent plus compte et se plaint d’interventions incessantes dans son agenda.

En fait, la présidence se serait aperçu que « l’homme manque d’envergure, ne possède aucune vision stratégique, n’a pas su opérer le virage vers une économie diversifiée et ne maîtrise pas la communication qui est son point faible, se contentant d’anecdotes et de blagues, ce qui a laissé pantois certains et sidérés d’autres, surtout dans les forums internationaux, en particulier arabes, où l’handicap de la langue a été pour l’homme un véritable supplice », indiquent  ces sources.

Pour le poste de Premier ministre, ces sources avancent deux noms, ceux de Abdesslam Bouchouareb et de Abdelkader Ouali. Bouchouareb étant membre du RND, il faudra attendre de voir si la nouvelle constitution ne prévoit pas de confier ce poste à un membre du parti majoritaire. Dans ce cas de figure, Ouali, qui est membre du comité central du FLN, pourrait avoir ses chances.

Concernant les hommes forts du régime, les sources citées par Algérie 1  affirment que « Abdelakader Bensalah, Mohamed Larbi Ould Khelifa, Ahmed Gaid Salah et Amar Saâdani continueront à jouir de la confiance du président ».

Massinissa Mansour

 

Notez cet article