Les Algériens consacrent une part importante de leurs revenus à l’alimentation. Selon les chiffres d’une étude menée par l’ONS sur une période  de 10 ans, allant de 2000 à 2011, il en ressort que près de 42% des revenus des Algériens sont consacrés à l’alimentation. Entre 2000 et 2011, les dépenses alimentaires par les ménages ont presque triplé puisqu’elles étaient de près de 683 mds DA en 2000, pour atteindre 1.875 milliards de dinars en 2011.

Selon le milieu de résidence, les dépenses alimentaires annuelles en milieu urbain ont atteint 1.281 mds DA en 2011, contre 449 mds DA en 2000, tandis que dans le milieu rural, elles ont été de 594 mds DA contre 281 mds DA, indique la même source citée par l’APS.

Par groupes de produits, l’étude de l’ONS montre que les produits céréaliers occupent la première place dans le budget des ménages avec 17,5% de la dépense alimentaire globale, suivis par les légumes frais (13,4%), la viande rouge (13,3%), les produits laitiers (8,4%), la viande blanche (8,3%), les huiles et graisses (7,1%) et les fruits frais (5,1%).

Par type d’habitation, l’étude indique que la moyenne annuelle des dépenses en alimentation chez les ménages habitant une villa ou étage de villa est estimée à 314.000 DA, alors qu’elle est un peu moins de 300.000 DA chez les populations habitant des immeubles, de 280.000 DA dans les maisons traditionnelles (haouch) et 230.000 DA dans les habitations précaires.

Des chiffres qui démontrent l’énorme écart qui existe entre les catégories de populations.

Il y a lieu de souligner que cette étude a été organisée lors d’une période où le SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti) était de 15 000 DA, alors qu’il est de 18000 actuellement.

Essaïd Wakli

Notez cet article