Dans un communiqué rendu public hier, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a assuré que le seul changement qui a touché la tarification concerne uniquement la mise en place par Ooredoo et Djezzy d’un nouveau système de taxation pour la seule première minute.

Les plaintes des usagers, qui se sont insurgés contre l’augmentation de la tarification des appels téléphoniques n’auraient aucun vrai fondement. C’est ce qu’a signifié, dans un communiqué, l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) qui a assuré qu’aucun opérateur de téléphonie mobile « n’a introduit » de changement au tarif de détail de sa minute.

Pour expliquer aux usagers de quoi il s’agit, l’ARPT souligne que ces deux opérateurs viennent d’introduire un nouveau système de taxation pour la seule première minute. Ainsi, un appel de « moins d’une minute est désormais facturé au tarif d’une minute. Au-delà de la première minute, le système de taxation par paliers de 30 secondes reste inchangé ».

« Ce système ne change à aucun moment le montant des appels téléphoniques ou de la connexion et les concernés seront uniquement ceux qui adoptent l’offre prépayée » , ajoute l’autorité de régulation. Affirmant que « les prix de détail des services de télécommunications sont libres et fixés par le jeu de la concurrence », l’ARPT affirme avoir été informée par les opérateurs concernés de « leur intention d’opérer ce changement de leur système de taxation relative à la première minute indivisible ».

Les articles 20 et 18 du cahier des charges de la téléphonie mobile GSM et de la téléphonie mobile 3G, annexé aux décrets exécutifs d’approbation des licences, édictent que l’opérateur dispose de la liberté de fixer les prix des services offerts à ses abonnés », a tenu de préciser l’ARPT, appelant tous les usagers contrariés ou mécontents de la contacter sur son espace de réclamation sur son site internet (www. Artp.dz).

Nourhane S. 

Notez cet article