Yacef Saâdi et Zohra Drif font face à de gravissimes accusations de haute trahison. Les preuves seraient accablantes. 

Selon des documents de l’armée française classés secrets, reproduit par le quotidien Ennahar, Yacef Saâdi et Zohra Drif auraient dénoncé, lors d'un interrogatoire subi après leur arrestation par les parachutistes du colonel Bigeard, les groupes de fidayins, et révélé à l'ennemi l'organigramme de la direction du FLN, les missions et la position de chacun de ses membres ainsi que les noms des membres du CCE.

Advertisement

Rabah Bitat, Krim Belkacem, Ahmed Ben Bella, Hassiba Ben Bouali, Bouadjaj Zoubir, Boucheffa Belkacem, Mustapha Fettel, Djamila Bouhired, Kouache Rachid, Cherif Debbih, Amar Ali (Ali la pointe), Si Mourad, Ramel, Ali Moulay, Djamila Bouazza, Taleb Abderrahmane et tant d’autres auraient ainsi été "vendus", selon les document en question. Les "confessions" de Yacef Saadi et Zohra Drif remonteraient au 8 octobre 1957.

Yacef Saâdi avait accusé, dans ses mémoires,  Zohra Drif d’avoir incité Ali la pointe et Hassiba Benbouali à se rendre aux autorités coloniales.

Ce nouvel épisode du déballage tous azimuts que connaît actuellement las cène politique et médiatique témoigne, encore une fois, d’une féroce lutte de clans se traduisant par des règlements de comptes à travers le recours au passé.

Signalons que les deux mis en cause ont été éloignés du cercle présidentiel après la mise à l’écart du général Toufik qui a apparemment ouvert la boîte de Pandore

Massinissa Mansour