Cinq cents Marocains à destination de la Libye ont été refoulés à l’aéroport international d’Alger depuis le début janvier. Cette situation est vivement dénoncée par les médias marocains.    

La presse marocaine évoque un véritable calvaire vécu par les ressortissants marocains transitant par Alger en vue de rejoindre la Libye, assujettis à des mesures qui ne peuvent, selon l’un de ses journaux, «le360.ma», être justifiées.

Toutefois, des impératifs sécuritaires sont évoqués par les les autorités algériennes pour justifier ces mesures: émigration clandestine et embrigadement au sein des groupes terroristes affiliés à Daech.

La presse marocaine  affirme que les Marocains qui se sont vus refusés le droit de passage en Libye sont tous munis de papiers en bonne et due forme, d’autant plus que ce sont des pères de famille qui aspirent à retrouver leur ancien travail après que les négociations inter-libyennes aient nourri l’espoir de voir la paix rétablie.

Sachant que le seul pays de transit vers la Libye en partance du Maroc est l’Algérie, la presse marocaine dénonce un «chantage» pratiqué par Alger, qui profiterait, selon elle, de cet état de fait pour mener la vie dure aux Marocains transitant sur notre sol.

Cette affaire vient s’inscrire dans le riche registre d’échange d’amabilités entre les autorités marocaines et algériennes et leurs relais médiatiques qui se livrent, depuis des décennies, à une guerre virtuelle nourrie par le conflit au Sahara Occidental.