Crise financière/Les « perspectives négatives » de l’Algérie inquiètent le spécialiste mondial des risques commerciaux

0
344

Dans son rapport 2016, la compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface), le spécialiste mondial de l’assurance-crédit et des risques commerciaux, a dégradé ou placé sous surveillance négative 15 pays. L’Algérie figure parmi ces pays qui se sont distingués par une notation très négative.

Ainsi, l’Algérie passe de la catégorie A 4 dans laquelle elle était classée durant six ans (de 2009 à 2015) pour régresser vers la catégorie B qui regroupe l’ensemble des pays dont les perspectives économiques et financières sont marquées par un environnement incertain traduit par d’ »importantes lacunes » indique le rapport de l’agence française.

Plusieurs autres points négatifs ont été relevés dans ce rapport parmi lesquels, des discontinuités dans l’établissement des bilans d’entreprise jugés « très variables » en plus des difficultés concernant le recouvrement des créances. En somme, un environnement économique plombé qui ne peut que précipiter l’Algérie dans la catégorie des pays fragiles économiquement.

La Coface recommande à notre pays d’adopter une attitude prudente pour gérer plus efficacement l’évolution des risques durant l’année 2016. Plusieurs secteurs sont indexés concernant l’Algérie et que la compagnie française estime être porteurs pour l’économie nationale. Le secteur des énergies renouvelables est évoqué  ainsi que celui du tourisme, des alternatives susceptibles de conforter cette économie qui s’obstine dans sa logique rentière.

La  Coface  a également évoqué une situation financière extérieure « solide » avec un très faible endettement extérieur et d’importantes réserves de change qui peuvent aider selon elle, à gérer cette période difficile.

L’assureur français démontre à travers son rapport que les pays les plus touchés par ces difficultés économiques sont les pays émergents. En cinq ans, indique-t-il, leur croissance a été divisée par deux et plafonne désormais à 3,9%. Sur les quinze pays qui se sont vus relégués à des catégories inférieures, dix d’entre eux sont des pays émergents, dont en majorité, des exportateurs de matières premières qui subissent la baisse de la demande chinoise et le recul des cours de pétrole, parmi eux on note la présence du le Brésil, du Gabon, de la Namibie, de l’Afrique du Sud, du Bahreïn et du Kazakhstan. L’Inde est, selon ce rapport, le seul pays à avoir été épargnée par cette tendance globale.