Après s’être attaqué aux membres du bureau régional de son parti à Tizi-Ouzou, Nordine Aït-Hamouda s’en prend à Saïd sadi, son compagnon de lutte de 40 ans.

Dans une interview accordée au journal Le Soir d’Algérie, l’ancien député accuse publiquement l’ancien président du RCD d’être l’instigateur de sa mise à l’écart du parti. «J’ai partagé avec Saïd Sadi une vie de luttes et de sacrifices de plus de 40 ans. Ma loyauté envers cet homme, que je considère comme étant le meilleur homme politique de sa génération, était sans limites. Mais quand on veut se donner une stature d’homme d’Etat, on doit sortir des intrigues. Ne pouvant se passer de cela et de ses humeurs dictées par son ego, Saïd Sadi doit être protégé contre lui-même», indique Nouredine Aït-Hamouda.

Pour l’ancien député, «le RCD doit survivre à ses fondateurs pour passer réellement le flambeau à la nouvelle génération qui saura concrétiser son programme et ses idéaux. Le RCD ne doit pas être un instrument entre les mains d’un GIC qui fait passer les ambitions avant les convictions».

Revenant à la genèse de sa mise à l’écart, Nordine Aït-Hamouda rappelle qu’il a toujours été «loyal» à son parti et nie avoir travaillé contre le candidat du RCD aux dernières sénatoriales. Le fils du colonel Amirouche accuse la direction du RCD de se préparer à une alliance avec le FLN. «Pour des considérations de rapports de force actuels et d’ambitions purement personnelles, une orientation vers une allégeance au FLN de «ammi Amar» se profile à l’horizon des échéances électorales futures», dit-il. Il confirme une rumeur qui circule depuis quelques jours dans les milieux politiques algérois.

Essaïd Wakli