Pour remédier au problème du stationnement à Alger, les pouvoirs publics procèdent actuellement à l’installation de parcmètres. Objectifs annoncés : restaurer le paysage urbain, fluidifier la circulation et mettre fin au règne des «parkingueurs».

Un projet pilote a été mis en place au niveau de  la rue Larbi  Ben M’hidi où des parcmètres remplacent désormais, les tristement célèbres « parkingueurs » qui dictaient leur loi aux automobilistes. Les pouvoirs publics comptent généraliser l’installation de parcmètres dans toute la capitale pour mettre fin à l’ «anarchie» à laquelle elle est livrée.

Les automobilistes paieront désormais 40 DA pour une heure de stationnement, la facture suivra une courbe ascendante : plus la durée de stationnement est longue, plus la facture est salée.

Ce nouveau dispositif suscite, toutefois, l’indignation des riverains qui se verront imposer des tarifs exorbitants pour pouvoir stationner à proximité de leurs lieux d’habitation.

Par ailleurs, on constate que les pouvoirs publics aspirent également à travers l’installation de tels dispositifs à engranger quelques sous pour renflouer le Trésor public en ces temps de crise.

Massinissa M.