Plusieurs centaines de personnes ont marché, hier, à Tizi Ouzou, pour répondre à l’appel du «Comité de sauvegarde de la JSK». Cette action entre dans le cadre des initiatives prises par ce comité dans sa quête à mettre fin au règne interminable du premier responsable du club de la ville des Genêts, Mohand Chérif Hannachi.

Plusieurs banderoles, sur lesquelles on pouvait notamment lire «Vive la JSK, A bas Hannachi», «DJS complice» et surtout, «Hannachi dégage», ont été déployées.

D’anciens joueurs du club phare de la Kabylie ont également pris part à cette marche. On peut citer, entre autres, Iboud, l’éternel opposant à Hannachi, ou alors Sadmi, Abdeslam, Amara et Djamel Menad, initiateurs du «Comité de sauvegarde de la JSK», qui organise là sa troisième marche.

Notons, par ailleurs, que les initiateurs de ce mouvement ont déposé des plaintes à propos de la gestion de Hannachi, le président de la JSK, en poste depuis 1993.

Le club peine, ces dernières années, à joueur les premiers rôles en championnat. Pire, la saison dernière, il aurait suffit de peu pour qu’il se retrouve en Ligue 2. Cette situation est vivement dénoncée par des supporters des Canaris qui estiment que l’état actuel des choses est la conséquence directe de la gestion catastrophique de Hannachi.

Elyas Nour