Administration/ Cinq ans pour remplacer les cartes d’identité classiques par les biométriques

0
455

Il y a actuellement en Algérie 33 millions de cartes nationales d’identités classiques. Selon le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Nouredine Bedoui, leur remplacement par des cartes biométriques devra se faire dans un délai ne dépassant pas les cinq années.

«Plus de 33 millions de cartes nationales d’identité classiques resteront  en vigueur jusqu’à leur remplacement par des cartes d’identité biométriques», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse animée à l’occasion de la remise de la première carte biométrique.

De son côté, le directeur du Centre national des titres et documents sécurisés au ministère de l’Intérieur, Hacène Boualem, a signalé que «près de 40.000 cartes nationales d’identité biométriques  seront délivrées au quotidien, au lieu des 20.000 prévues initialement». «La carte d’identité biométrique permettra au citoyen de se passer des documents physiques, et facilitera les inscriptions universitaires et scolaires, de même que l’accès à la sécurité sociale et allégera la pression sur les services de l’état civil, en se substituant au livret de famille», a encore ajouté celui-ci.

Il a d’ailleurs précisé que la nouvelle carte sera d’une validité de cinq ans pour les moins de 19 ans et de 10 ans pour les plus de 19 ans. Dans un premier temps, la fabrication de ces cartes se fera à un rythme moyen au niveau des deux centres nationaux, celui d’El Hamiz à Bab Ezzouar, et de Laghouat avant qu’il n’atteigne la vitesse de troisième, c’est-à-dire 40 000 par jour. Cela fera environ neuf millions de cartes par an.

En d’autres termes, certains citoyens attendront quatre ou cinq ans pour recevoir leur cartes biométriques. D’où la décision des autorités de ne pas fixer un dead-line pour la validité de la carte classique.

Elyas Nour