Handball algérien/ Les raisons d’une débâcle

0
234

L’équipe nationale de handball a été battue, samedi, au Caire, par l’Angola (25-19) dans le match pour la troisième place qualificative pour le Mondial 2017, qui aura lieu en France. Ce nouvel échec vient porter l’estocade à une discipline déjà mal en point.

En plus des Angolais, ce sont les Egyptiens, champions d’Afrique, et les Tunisiens, qui représenteront le continent africain lors de ce rendez-vous mondial. Certains amoureux de la petite balle algérienne se sont mis, aujourd’hui, a espérer un probable repêchage en évoquant un hypothétique tournoi inter-continental qui aura lieu prochainement et qui regroupera les 4e de chaque tournoi continental ainsi que le vainqueur du tournoi océanique pour la désignation d’un participant au Mondial. C’est beIN Sport qui a provoqué la polémique en donnant cette information.

Il est vrai que la possibilité de la tenue d’un tel tournoi a été évoqué, e, décembre 2014, à la suite du «scandale» lié à l’éviction par l’IHF (Fédération internationale de handball) de l’Australie, représentant de la Confédération océanique, sous prétexte que le tournoi auquel il avait pris part été faible, et son remplacement «arbitraire» par l’Allemagne. Mais, jusque-là, les règlements de l’IHF relatifs aux compétitions internationales, que chacun peut retrouver sur le site Internet de l’IHF, n’ont pas changé.

Et même dans le cas où l’Algérie est «repêché», le constat alarmant fait à l’occasion de cette CAN quant à la situation du handball national, mais surtout de sa sélection, restera le même. A ce titre, il faut rappeler que l’équipe nationale a vécu une sorte de «dissolution» de près de 10 mois. Après le championnat du monde de 2015, qui a eu lieu en janvier au Qatar, durant lequel les Verts ont terminé à la dernière place, la sélection est resté sans entraîneur jusqu’au mois d’octobre. Aucun stage ni regroupement, et encore moins de rencontres n’ont été organisés pour les Verts.

C’est en octobre dernier, à près de 3 mois donc de la CAN, que la Fédération algérienne a pris attache avec Bouchekriou. Celui-ci a accepté la difficile mission d’aller chercher la qualification au Mondial avec une équipe qui n’a pas existée les neuf derniers mois. Et ça n’a pas marché. De plus, l’Algérie a failli être représenté à la CAN par une sélection sans entraîneur puisqu’il aurait suffit de peu pour que Bouchekriou ne puisse pas s’asseoir sur le banc. Quand la fédération l’a recruté au mois d’octobre, il était toujours sous contrat avec le Bahreïn. Il aura fallu l’intervention de plus d’une partie pour que le Bahreïn retire sa plainte.

En somme, l’échec de l’équipe nationale de handball était programmé depuis bien longtemps déjà.

Elyas Nour