A défaut de convaincre par des arguments objectifs, l’inamovible secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, use d’un langage ordurier pour commenter la position des opposants au crédit à la consommation. Ainsi, après Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès, l’homme mouillé dans l’affaire Khalifa se croit fondé de convoquer un lexique de voyou pour se mettre au diapason des méthodes de l’équipe au pouvoir.