Une étude coréalisée par le cabinet américain McKinsey, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et la Banque africaine de développement (BAD) a mis en exergue les difficultés auxquelles font face les Africains pour se déplacer à l’intérieur même de leur continent. L’étude démontre clairement qu’il est plus facile de circuler sur le continent avec un passeport US qu’avec celui d’un tout autre Etat africain.  

Le document publié par ces trois organismes brosse un tableau peu reluisant, tant les résultats attestent de l’extrême difficulté que peuvent rencontrer les Africains pour ce déplacer d’un pays à un autre sur leur propre continent. « La mobilité est largement entravée », peut-on lire dans les conclusions de cette étude qui a veillé à faire ressortir le contraste entre les possibilités qui s’offrent aux Africains et celles dont bénéficient les Américains par exemple.

afrique

Ainsi, un Africain a besoin de visas pour se rendre dans 55% des pays africains, alors qu’un Nord -Américain n’a besoin de visa que dans 45% de ces mêmes pays.

Concernant le code procédural, l’étude indique qu’il était possible pour la population africaine d’obtenir leur visa à l’arrivée dans 25% des pays africains, ce qui est très marginale. Enfonçant d’avantage le clou, l’étude affirme que les Américains obtiennent leur visa à l’arrivée dans 35% de ces pays !

L’étude a également réalisé un tableau sur lequel figure 20 pays parmi les plus accueillants et les plus ouverts aux Africains. L’Algérie n’y figure pas, conséquence qu’une politique sécuritaire des plus drastiques. L’Afrique du Nord et l’Afrique centrale ont été classées comme étant des pays non accueillants pour les ressortissants africains.

afrique1

L’étude a également cartographié 13 pays africains connus pour être singulièrement accueillants pour les Africains et ce, dans le cadre d’un plan mis en place par le BAD pour favoriser cette libre circulation qui aura pour conséquence de combler les déficits de compétences sur le marché du travail, développer l’entrepreneuriat, diversifier l’économie, ajouter de la valeur aux services, attirer les investissements et renforcer la compétitivité.

afrique2

Un indice annuel sera dorénavant publié pour inciter les gouvernements des pays africains à ouvrir leurs frontières pour le flux de circulation des populations à travers les frontières du contient.

Massi Mansour