Le stade mythique du 5 Juillet a accueilli, hier mercredi, un match amical de football entre la sélection nationale olympique et son homologue palestinienne. Le match s’est soldé par un but à zéro en faveur de la Palestine. Mais au-delà de l’aspect sportif, c’était là une occasion d’apporter, dans la tradition algérienne, un soutien fort au peuple palestinien.

Cette rencontre n’était pas animée que par des considérations sportives. Ce match revêtait, en effet, un caractère politique indéniable. C’était là une nouvelle occasion pour le peuple algérien de réitérer son soutien indéfectible à la cause palestinienne. A cette occasion, le stade du 5 Juillet était plein comme un œuf. 70 000 personnes se sont déplacés non pour le plaisir de voir un match de football, mais pour participer à un gigantesque meeting politique. Tout au long du match, le public scandait «Palestine chouhada» et autres slogans à la gloire du combat palestinien.

Ceci dit, malheureusement, l’événement a été également marqué par un comportement indigne de certains spectateurs qui ont sifflé l’hymne national et hué les joueurs de la sélection nationale. Des incidents qui ont failli gâcher la fête car si la solidarité avec le peuple martyr de Palestine est un devoir, il est toutefois hors de question que les symboles de notre pays soient souillés.

Il faut dire à ce propos que durant plus d’une semaine, les médias islamo-baâthistes, tels Echourouk et El Bilad, ont chauffé le public à blanc, profitant pour diffuser des idées supranationales, se rapportant aux fantasmatiques nations arabes et islamiques, au détriment d’un patriotisme purement algérien.

https://www.youtube.com/watch?v=ad4aaavUo7A

Massi M.