«Le fiancé voleur» est un conte pour enfants en vente libre en Algérie. Sa trame est faite de violence, de crime et de viol. Mesure-t-on vraiment l’impact de ce type de publications sur nos petites têtes brunes?  

Ce conte a été écrit par les frères Wilhelm et Jacob Grimm au 19e siècle. Puisé dans le domaine public et traduit de l’allemand à l’arabe par la maison d’édition tunisienne «Kounouz», il est en vente libre dans nos librairies.

«Der Räuberbräutigam», littéralement «Le fiancé voleur» raconte l’histoire d’une fille qui a souffert le martyre. Il met en scène un cambriolage qui dégénère. L’héroïne du conte se voit infligée les pires sévices par une bande de voleurs qui se sont introduits chez elle. Elle a été frappée, saoulée et violée,  avant d’être assassinée et découpée en morceaux avec une hache.

Il est légitime de se demander comment une telle publication a réussi à franchir filtres qui, rappelons-le, ne laissent passer aucune publication perçue comme subversive. Les responsables concernés sont interpellés.

M.M. 

Notez cet article