Les autorités semblent opter pour la pluralité des caractères pour la transcription de tamazight. Un tel choix est-il vraiment judicieux ?

Le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si Hachemi Assad, a affirmé que la langue amazighe va être transcrite dans les trois caractères, à savoir le latin, l’arabe et tifinagh. L’essentiel, selon lui, est que l’écriture obéisse aux règles et reflète l’originalité de cette langue.

En somme, tamazight sera, dans un premier temps, enseignée dans les différentes régions suivant les caractères déjà adoptées par celles-ci. Ainsi, en Kabylie, on utilisera les caractères gréco-latins, qui ont déjà permis de développer une importante production littéraire et scientifique. Dans les Aurès ou le M’Zab, ce sont plutôt les caractères arabes qui seront favorisés et ce, pour des raisons propres à ces régions.

Cela dit, cette option pose de sérieux problèmes pour les régions non berbérophones quant aux caractères qui y seront adoptés et les critères qui présideront à leur choix.

Massi M.

 

Notez cet article