La politique du ministère des finances visant à récupérer l’argent de l’informel est un échec. Six mois après le lancement de l’opération, en août 2015, le bilan est plus que mitigé. Et c’est le directeur général des impôts, Abderrahmane Raouia, en personne qui le confirme.

Le responsable a indiqué que depuis le lancement de l’opération, seuls 250 personnes se sont manifestées. L’homme, qui s’est exprimé, lundi matin, sur les ondes de la radio, n’a pas donné le montant des sommes récupérées. Mais le nombre de personnes qui ont accepté de signaler leurs fortunes résume, à lui seul, l’échec d’une campagne menée à fort renfort de communication.

Malgré la faiblesse des chiffres, le directeur général des impôts ne perd pas espoir. Selon lui, cette opération «devrait progressivement avoir plus d’ampleur», dans les mois à venir, «compte tenu du délai de 18 mois accordés aux opérateurs activant dans le commerce informel pour accepter de régulariser leur situation fiscale».

Lancée en août 2015, l’opération intitulée «déclaration fiscale volontaire» vise notamment à inciter les détenteurs de capitaux à mettre leur argent dans le circuit bancaire moyennant une imposition de 7%. Mais les gens ne semblent pas être intéressés.

Essaïd Wakli

 

 

Notez cet article