Le projet du grand opéra d’Alger, sis à Ouled Fayet, est quasiment achevé. L’ambassadeur de Chine à Alger et le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, ont signé le procès-verbal de réception. La date d’ouverture sera fixée par le président de la République lui-même, dit-on.

L’ambassadeur de Chine en Algérie, Yang Guangyu, a livré le projet de l’opéra d’Alger, sixième en Afrique, à une délégation algérienne conséquente, composée du ministre de la Culture, du wali d’Alger, de représentants des ministères des Affaires étrangères et de l’Habitat et de l’urbanisme ainsi que le directeur de l’opéra, fraîchement nommé, Noureddine Saoudi.

Ce cadeau fait par la Chine à notre pays a été le fruit d’une visite effectuée en 2006 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika dans ce grand pays. Une enveloppe de 30 millions d’euros a été débloquée pour financer le projet qui attend d’ailleurs la fin des travaux d’aménagement extérieur (route principale menant vers l’opéra et le deuxième parking) pour que son ouverture officielle soit fixée par le président de la République.

A cet effet, on s’interroge dans les milieux culturels et politiques si le président de la République va assister personnellement à la cérémonie d’ouverture de cette gigantesque salle de spectacle afin d’honorer les donateurs chinois.

M.M.

Notez cet article