Amar Saâdani a de nouveau frappé. Le secrétaire général du FLN, qui a animé, hier dimanche, deux activités politiques, s’est attaqué de manière claire à son frère ennemi, Ahmed Ouyahia.

«Je n’ai pas de conflit personnel avec Ahmed Ouyahia, mais en politique, je ne peux pas faire confiance à un politicien comme Ouyahia», a-t-il indiqué, dimanche matin, lorsqu’il a présidé une réunion des étudiants de son parti. Il ajoutera qu’il n’est pas d’accord avec «la trêve» voulue par le secrétaire général du RND. «Moi, je ne fais pas confiance au discours du RND, malgré les messages d’apaisement envoyés par Ahmed Ouyahia», a-t-il précisé.

Egal à lui-même, le premier responsable du FLN persiste à vouloir offrir à son parti le poste du Premier ministre. «Le prochain premier ministre sera issu du FLN», a indiqué le secrétaire général du FLN qui se permet même d’annoncer un remaniement ministériel «vers le mois de mars». Une information que personne n’a donnée auparavant. Le calendrier semble plausible, puisque la possibilité d’un changement de gouvernement après la signature définitive sur la nouvelle Constitution est toujours de mise.

Autre obsession de Saadani : une attaque en règle contre les partis de l’opposition. Le chef du FLN accuse ses adversaires de «traîtres» et  de partis qui n’ont aucune proposition concrète.

Essaïd Wakli