Les conditions d’établissement et de délivrance du passeport d’urgence ont été officiellement dévoilées, ce mercredi, par un décret exécutif publié au journal officiel du mois de février en cours. Selon ce décret, les citoyens algériens établis à l’étranger peuvent bénéficier de ce passeport, s’ils ne possèdent pas de « passeport biométrique électronique », et qui, « pour des raisons familiales, professionnelles, administratives ou de santé, sont contraints de se déplacer en urgence » hors du pays de leur résidence », explique-t-on. 

Ces compatriotes doivent séjourner temporairement dans un pays autre que celui de leur résidence. Par ailleurs, les citoyens dont le passeport a été égaré, détérioré ou volé, ou les citoyens non immatriculés et dont le dossier de régularisation de leur situation administrative, au plan du séjour, a été accepté par les autorités du pays d’accueil et nécessitant un passeport en cours de validité, peuvent bénéficier également de ce passeport d’urgence.

Notons, en outre, que les bénéficiaires de ce nouveau passeport peuvent être aussi des citoyens se trouvant en séjour temporaire à l’étranger, dont le passeport a été égaré, détérioré ou volé et se trouvant contraints de rallier un ou plusieurs pays étrangers avant leur retour en Algérie, ainsi que les Algériens résidant à l’étranger et immatriculés auprès d’un poste diplomatique ou consulaire, se trouvant en séjour temporaire en Algérie, dont le passeport a été égaré, détérioré ou volé, ou dont la durée de validité a expiré.

Il est à signaler enfin que la durée de validité du passeport d’urgence est fixée au maximum à une année, à compter de la date de son établissement, et ne peut être prorogée.

Nourhane S.