L’enseignement de tamazight sera, selon la ministre de l’Education nationale, élargi l’année prochaine à 32 wilayas du pays, « en application des dispositions de la nouvelle constitution qui prévoit une généralisation graduelle de cette langue« .

Nouria Benghabrit, a tenu à rappeler, en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya de Khenchela, que l’État algérien a accordé « intérêt majeur » à la langue amazighe dans le cadre de sa constitutionalisation. Ce n’est que justice, a-t-elle affirmé, cette langue étant «une des composantes de l’identité nationale».

Lors d’une précédente intervention dans le cadre d’une visite de travail dans la wilaya de Tipaza en janvier dernier, la première responsable du secteur a souligné la «disponibilité de son département à poursuivre les efforts déployés en faveur de la généralisation de la langue amazighe sur l’ensemble des wilayas».

Massi M.