La réhabilitation de Chakib Khelil se confirme. L’ancien ministre de l’Energie et des Mines, au cœur d’un énorme scandale de corruption au niveau de Sonatrach, aurait récupéré son appartement, situé à cité Chaabani, à Hydra. L’information est donnée par le journal arabophone El-Khabar qui cite une «source judiciaire».  

Cet épisode confirme que l’ancien ministre, qui figure parmi les hommes les plus proches du chef de l’Etat, est en voie de réhabilitation. Un processus qui a commencé, il y a plusieurs mois, lorsque la justice algérienne a décidé de ne plus poursuivre l’ancien ministre. Il s’est même avéré que, par la magie d’une erreur de procédure, qu’il n’y a jamais eu de mandat d’arrêt lancé contre l’homme.

Advertisement

Pour illustrer cette liberté «retrouvée», Chakib Khelil s’est même permis deux sorties publiques. La première a eu lieu le 1er-novembre 2015 au sein de l’ambassade d’Algérie à Washington. L’homme y avait siroté, tranquillement, du champagne à l’occasion de la célébration de l’anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance. La seconde sortie publique de Chakib Khelil a été effectuée cette semaine. Il est intervenu dans une émission de la prestigieuse chaîne de télévision américaine Bloomberg. Il y était consulté en sa qualité d’ancien président de l’OPEP.

Il n’est donc pas exclu que l’ancien ministre, dont le nom a été cité des dizaines de fois à la Cour d’Alger lors du récent procès Sonatrach1, revienne, dans un jour proche, en Algérie sans qu’aucun juge ne l’inquiète.

Essaïd Wakli