L'Algérie a-t-elle gelé ses accords douaniers avec l'Union Européenne ? Non, c'est faux ! Ils 'agit surtout d'une énorme confusion générée par une manipulation organisée par certains gros importateurs algériens dont les marchandises sont bloquées dans les ports en raison de l'entrée en vigueur du dispositif des licences d'importation. 

Une manipulation à laquelle s'ajoute la très mauvaise communication interne des services des douanes algériennes. Que s'est-il passé exactement ? En réalité, depuis 2005, comme le prévoit l'accord d'association avec l'Union Européenne signée par l'Algérie, les pays européens jouissent de quotas de plusieurs produits exonérés des droits de douane dans notre pays. De nombreux produits alimentaires figurent sur cette liste des produits exonérés. Cet avantage compétitif et commercial accordé par l'Algérie à l'Union Européenne n'a nullement été remis en cause. En vérité, les autorités algériennes ont instruit les douanes d'appliquer le dispositif des licences d'importation aux quotas commerciaux européens. Cela signifie tout simplement que les importateurs algériens qui vont importer des produits alimentaires européennes, à titre d'exemple, concernés par l'exonération des droits douaniers doivent, désormais, demander une licence d'importation au niveau du ministère du Commerce, nous confirment plusieurs sources proches de ce département ministériel.

Advertisement

Le tonnage des quotas des produits européens n'est guère remis en cause. Il sera uniquement soumis à des licences d'importation. Cette mesure ne compromet pas les engagements internationaux de l'Algérie, soulignent encore nos sources. Cependant, plusieurs containers commandés par des importateurs algériens, des gros bonnets de l'import-import, sont bloqués au niveau de plusieurs ports du pays en attendant l'entrée en vigueur du dispositif des licences d'importation. Ce blocage ne plait pas à ces lobbies influents qui ont actionné leurs réseaux au sein des douanes algériennes pour déclencher une tempête médiatique afin d'induire les algériens en erreur et pousser l'Union Européenne à réagir pour faire pression sur Alger dans le but de libérer leurs marchandises retenus dans les ports. Décidément, tous les coups sont permis pour inonder l'Algérie avec des produits importés...