L’affaire des prisonniers du Port d’Alger, celle de l’affaire du PDG de la CNAN, le scandale de La Baigneuse du Jardin d’Essai. Ces épisodes judiciaires et d’autres encore, qui se comptent par centaines, ont détruit la vie de plusieurs milliers de cadres intègres et honnêtes, condamnés à de la prison alors qu’aucune preuve de leur culpabilité n’a été établie. Certains ont passé plusieurs mois dans des geôles infectes, d’autres ont été emprisonnés plusieurs années, avant d’être relaxés et innocentés. Toutefois, plusieurs de ces Algériens victimes de l’arbitraires sont décédés… en prison. Des procès expéditifs, une justice à deux vitesse qui obéît aux intérêts des clans mafieux et des citoyens honnêtes écrasés parce qu’ils gênaient des lobbies ou des dirigeants influents. Dans cette troisième partie d' »Abdou Sans Tabou », l’émission préparée par Abdou Semmar et diffusée sur Beur TV, on vous propose un voyage à l’intérieur des tribunaux algériens pour découvrir cette justice au service des puissants. 

Notez cet article