Pour protéger les enfants de la violence et de tous les dangers qui menacent leur intégrité physique et psychologique, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem a annoncé, mardi, que les projets de textes d’application de la loi relative à la protection de l’enfant, promulguée le 15 juillet 2015, ont été enfin finalisés.

Ces projets de loi permettront, entre autres, de définir les mécanismes de mise en œuvre des dispositions de cette loi, dont celles relatives au signalement des cas d’enfants en danger, de protéger les auteurs des signalements et de prémunir cette frange contre tous les types de violence.

Ces textes élaborés par le ministère de la Justice en coordination avec les secteurs concernés permettre un nouveau dispositif de protection des mineurs en Algérie. Ces textes, selon la ministre, représentent également l’engagement politique et la ferme volonté de l’Etat de «renforcer la protection de cette catégorie vulnérable contre tout danger, rappelant certains articles qui protègent les personnes qui signalent les atteintes aux droits de l’enfant ». La ministre a annoncé que prochainement des classes mobiles seront installées au profit des enfants issus des familles nomades en vue de leur permettre d’accéder à l’éducation.

De son côté, la présidente du bureau de la protection de l’enfance à la direction de la police judiciaire, Mme Kheira Messaoudène, a mis l’accent sur l’ampleur que prend la violence à l’encontre des enfants. Elle a précisé que parmi les violences les plus répandues figure « la violence physique, les mauvais traitements et la violence sexuelle ».

Pour ce qui est des chiffres, Mme Messaoudène a souligné que les services de police avaient enregistré 5.763 cas de violence contre des enfants en 2015, dont 3.542 cas de violence physique et 1.536 cas de violence sexuelle. Les mêmes services ont enregistré durant cette période 565 cas de mauvais traitements et 16 cas de coups et blessures volontaires entraînant la mort.

Pour ce qui est des moyens consacrés à la lutte contre la violence à l’égard des enfants, l’intervenante a expliqué que les services de police ont mobilisé 50 équipes spécialisées dans le domaine de la protection de l’enfance à travers le territoire national pour traiter les affaires liées aux enfants victimes de violences.

Nourhane S.