Ils sont environ 60 000 élèves à suivre leurs études dans des écoles privés, soit moins de 1% du nombre global des élèves scolarisés au niveau national et qui avoisine les huit millions. C’est ce qu’a indiqué, hier, depuis Tlemcen, le président de l’Association  nationale des écoles privées agréées, Salim Ait Ameur. 

Le même responsable a signalé que 90% des écoles privées se trouvent au niveau des grandes agglomérations, lors d’une réunion des directeurs d’écoles privées à Tlemcen, consacrée à l’examen des problèmes auxquels ils font face, à commencer par celui du foncier.

Les propriétaires des écoles privées rencontrent,en effet, des difficultés avec la question du foncier, d’autant plus que ces établissements sont situés dans les grandes agglomérations. La majorité d’entre eux louent des villas pour les y implanter, se mettant du coup en porte-à-faux avec les cahiers de charges. Ainsi la plupart de ces établissements ne disposent pas de cours ou d’espaces de jeu et encore moins d’un espace pour pratiquer le sport (matière d’éducation physique et sportive).

Beaucoup reste à faire dans ce domaine. En tout cas, les responsables des écoles privées rappellent que leur existence ne remonte date d’une dizaine d’années à peine. Et la rencontre de Tlemcen servira certainement à apporter les solutions idoines aux insuffisances recensées.

Elyas Nour