La Fédération algérienne des personnes handicapées (FAPH) a plaidé, dimanche, à Alger, pour la mise en place d’un plan national pour mieux accompagner les personnes handicapées, notamment en allégeant les procédures administratives, pour faciliter l’accès aux droits et aux aides destinées à cette frange vulnérable de la société. 

« Des efforts ont été consentis par les pouvoirs publics pour améliorer la situation socio-économique des personnes handicapées« , souligne Atika El Mamri, présidente de la FAPH, précisant « qu’il était nécessaire d’élaborer des programmes de prise en charge adaptés à chaque situation ».

Advertisement

Atika El Mamri a appelé les pouvoirs publics à renforcer les politiques médicales spécialisées et adaptées pour chaque handicapé permettant l’autonomie et facilitant l’insertion de cette catégorie. «Il s’agit de favoriser des mesures de prise en charge adaptées à chaque situation d’handicap, notamment celles destinées aux enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale (IMC), qui souffrent d’un retard de développement psychomoteur et qui nécessitent un accompagnement et un suivi dans des centres de réadaptation», explique-t-elle pour clarifier sa position concernant les programmes de prise en charge adaptés.

Il était également question de facilitation, voire de programmes de gratuité de dotation d’appareillage pour les personnes souffrant de mobilité réduite. A ce sujet, l’intervenante plaide pour la gratuité des sondes pour auto-sondage destinées aux personnes paraplégiques.

Des facilitations d’obtention de carte d’assurance ont été réclamées, afin que les personnes concernées puissent  bénéficier des prestations de la sécurité sociale et élargir la liste des produits remboursables à leur profit.

Des équipes mobiles de soins à domicile, particulièrement au profit des handicapés dépendants, et la mise en place d’un organisme d’accompagnement des personnes handicapées à l’emploi, sont autant de sujets qui ont été abordés lors de cette réunion.

Massi Mansour