Un post dénonçant des pratiques arbitraires circule massivement sur les réseaux sociaux. Il est question de pressions exercées par un élu du peuple, un député en l’occurrence, sur un responsable de la santé publique, provoquant des démissions en cascade.

 Ce post, qualifié par les internautes d’«hallucinant», explique comment un élu du peuple, en l’occurrence Azeddine Hamaoui, dit «Kada», député indépendant de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, a exercé des pressions insoutenables sur le Dr Mahbous, directeur de l’établissement hospitalier d’El-Kalaâ, dans la daïra de Djaâfra, le menaçant de mettre fin à ses fonctions pour avoir osé procéder à la mutation d’une infirmière à un autre établissement de la région situé dans la localité d’Ouled Dahman.

Le post explique que le député a essuyé une vive résistance de la part du directeur et de son staff  qui ont déposé leurs démissions en date du 13 mars dernier, organisant le même jour un mouvement de protestation visant à dénoncer «ces dérives».

Outre l’indignation suscitée sur les réseaux sociaux, cette publication interpelle sur l’usage excessif du pouvoir par nos élus devenus arrogants et omnipotents. Cette situation témoigne de leur totale déconnexion des préoccupations du peuple.

D’autre part, on remarque que les réseaux sociaux sont en passe de devenir le moyen idoine de dénonciation de ces dérives.

Notons, par ailleurs, qu’Azzedine Hamaoui a été accusé en 2013, du temps où il était maire de Djaâfra, de tentative de transfert illicite d’une somme de 200 000 euros  vers l’étranger.

Massi M.

 

 

Notez cet article