Après des années de polémiques et de tergiversations, la Banque d’Algérie s’achemine vers la prise d’une décision historique : l’allocation touristique va être portée à la hausse.

L’engagement a été pris, mercredi, devant les députés, par le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci. «Les plafonds fixés pour le droit de change pour le voyage à l’étranger sont faibles actuellement. Il y aura des mesures qui vont augmenter ces plafonds  pour arranger les ménages sans pour autant permettre que ces hausses portent préjudice à la balance des paiements du pays», a-t-il affirmé. Le responsable, qui a du subir durant la journée de mardi, d’acerbes critiques des députés, n’a pas précisé le montant que proposera le gouvernement.

Actuellement, l’allocation en devise est l’équivalent de 15000 DA, donc un peu plus de 100 euros. Une somme qui ne suffit même pas à payer une chambre d’hôtel dans la majorité des pays dans le monde. La décision qui a institué cette somme date de 1997.

En contrepartie, le gouvernement va assouplir les conditions de création de bureaux de change. Ces derniers auront pour tâche de suppléer la vente clandestine de devises.

Essaïd Wakli