Plus de 2.500 personnes sont venues au concert de Booba, ce 24 mars, au chapiteau du Hilton à Alger. Ce troisième concert du rappeur français dans la capitale a attiré encore plus de monde que les deux précédents. La salle a vibré jusqu’à 22 heures.

Organisé par Wellsound, le label des festivals de la Wellcom Advertising, ce rendez-vous était attendu par les milliers de fans venus des quatre coins du pays du pays : Tizi-Ouzou, Bouira… et même d’Oran et Annaba. «Je suis arrivé ce matin avec mes potes d’Annaba et on repart ce soir après le concert», raconte Bilel, étudiant en informatique, à l’entrée de la salle.

Advertisement

L’ouverture des portes était prévue à 18 heures 30, mais la foule a commencé à se rassembler dès les premières heures de la journée. Des ados seuls ou accompagnés de leurs parents, des garçons comme des filles, le concert de Booba, celui qu’on surnomme le «Duc de 92», était l’«événement à ne pas rater» pour eux : «C’est les vacances et ce concert est une occasion pour emmener mes deux enfants voir leur idole. Ça fait longtemps qu’ils voulaient le voir en live», dit Malika, restée au fond du chapiteau face à l’écran géant.

Le devant de la scène était bondé et pris d’assaut par les plus matinaux. Dj R-One et Mehdee ont chauffé la salle avant que le jeune groupe de rap algérois, Ghetto 16, ne monte sur scène. Place à l’autre DJ, R-Wan, producteur, entre autres, de Snoop Dog et Fatman Scoop, pour faire monter d’un cran l’ambiance dans le chapiteau et déchaîner davantage la foule.

Mais la star que tout le monde réclame est bien entendu Booba, venu promouvoir son huitième album, Nero Nemesis. Drapé de l’emblème national, l’entrée de Booba a déclenché une hystérie parmi les spectateurs. Le single Validée, en featuring avec Benash, un jeune rappeur du collectif 92i en pleine ascension, était un moment de transe pour le public. De son vrai nom Eli Yaffa, Booba a interprété aussi 92i Veyron, Tombé pour elle, Comme une étoile, Scarface, Mon pays, Attila, G-Love

Sapés de t-shirts et de casquettes Ünkut -la marque de fringues du rappeur- les fans reprenaient en chœur tous les morceaux de Booba. «C’est la troisième fois que j’assiste à son concert à Alger et à chaque fois c’est démentiel», hurle de joie Ayoub, 20 ans.

Pour les organisateurs c’était un pari réussi. La vente des billets s’est poursuivie jusqu’à une heure avant le début du show. «Le concert s’est déroulé dans de très bonnes conditions et le dispositif sécuritaire a su contenir les petits dépassements dus à l’incompréhension des fans qui n’étaient pas en possession de billets et voulaient entrer à tout prix», explique Inès du staff de Wellcom. «Booba jouit d’une popularité inégalée en Algérie comparé aux autres rappeurs français. On prépare déjà notre prochain grand événement et on est sûr que le public algérien va adorer», ajoute-t-elle.

Farid Mellouk