Pour tenter de brouiller les activités de l’opposition, dont les rangs se serrent malgré les divergences idéologiques profondes, Amar Saâdani a organisé, mercredi, un meeting à la Coupole du-Juillet. L’objectif du secrétaire général du FLN, qui vient de faire feu de tous bois en tirant pratiquement sur tous les membres du gouvernement, est de faire une démonstration de force. Il a invité, non pas des responsables politiques comme l’a fait l’opposition, mais des militants acheminés par bus des quatre coins du pays.

Des dizaines de militants, recrutés dans les milieux estudiantins et des salariés qui ont dû quitter leur lieu de travail pour venir écouter les prêches des invités du FLN, ont effectivement rempli la belle salle qui porte le nom de Mohamed-Boudiaf. Une affluence qui ne fait pas forcément le bonheur des organisateurs de cette rencontre. Puisque dès la matinée, le désordre a pris le dessus et les partis qui ont organisé le meeting ont joué chacun en solo. Aucune coordination.

A l’image de cette organisation catastrophique, les intervenants lors du meeting, recrutés, eux, parmi les partis microscopiques dont certains mettent un pied dans le pouvoir et un autre dans l’opposition, ont tenu des discours décousus et insensés. Tous évoquent «les dangers» qui guettent le pays, comme si les opposants sont recrutés dans une légion étrangère. Un discours aussi vieux que le temps que dure le système politique à la tête du pays.

En réalité, l’objectif de Saâdani dépasse le seul souci de faire une démonstration de force en face de l’opposition. L’homme ambitionne de faire le vide autour du chef de l’Etat pour être le seule recours possible pour le pouvoir. Un objectif qu’il ne tardera pas à atteindre s’il arrive à « éliminer » le seul homme qui entrave ses desseins, à savoir Ahmed Ouyahia.

Essaïd Wakli

Notez cet article