Le gouvernement autorise désormais les familles à ensevelir les dépouilles de leurs proches décédés dans leurs propriétés privées. Les autorités évoquent une saturation des cimetières, notamment dans les grandes agglomérations.    

Les nouvelles dispositions réglementant l’acte d’inhumation, de transport de corps à l’exhumation et de la ré-inhumation ont été fixées par le décret exécutif n° 16-77 publié en date du 24 février 2016. Le décret prévoit  notamment, l’obtention d’une autorisation signée par le président de l’APC du lieu d’inhumation pour pouvoir procéder à l’enterrement dans des propriétés privées.

Le décret revoit également les dispositions relatives à l’inhumation des ressortissants algériens décédés à l’étranger. Dans ce cas de figure, l’inhumation du corps sera subordonnée à une autorisation de rapatriement et de transport du défunt, délivrée par les représentations diplomatiques ou consulaires accréditées auprès du pays du lieu de décès. Le ressortissant décédé à l’étranger pourra également être inhumé dans une propriété privée.

L’inhumation du corps d’un ressortissant étranger sur le territoire d’une wilaya requiert, quant à lui, une autorisation délivrée par le wali.

Le gouvernement déplore, en effet, une saturation des cimetières. La population a, de plus en plus, de mal à trouver des places pour ensevelir leurs proches. Des pratiques délictueuses sont souvent relevées, à l’instar de la vente des places de sépulture.

Massi M.