Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a publié, hier mercredi, un communiqué faisant état de l’agression de plusieurs consœurs journaliste lors de la tenue du meeting « folklorique » du FLN à la coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf, à Alger. Une horde de voyous, des « baltaguia » s’en sont pris à ces femmes journalistes au vu et au su des services de sécurité.

«Des consœurs journalistes, de divers organes de la presse nationale, ont été victimes d’ignobles actes d’agression, physique et morale, aujourd’hui, mercredi 30 mars 2016, perpétrés par des préposés à la sécurité du meeting du Front de libération nationale (FLN) au niveau de la coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf, à Alger» s’insurge le syndicat dans un communiqué signé par Kamel Amarni, son secrétaire général.

Ces journalistes ont été victimes d’une «sorte de milice, composée de voyous qui faisaient office de  service d’ordre», indique-t-il. Ces individus ont agi sans être inquiétés par le dispositif de sécurité du meeting et les forces de police, poussant ainsi, le SNJ à s’interroger sur l’identité de ce groupe et surtout, sur la passivité des services de sécurité officiels, en uniforme ou en civil, déployés en grand nombre à chaque fois que le FLN organise une manifestation.

Le communiqué explique également que «ces hordes mystérieuses font curieusement leur apparition à chaque fois qu’il s’agit d’une activité importante du FLN, ces derniers temps. Comme c’était le cas à l’occasion du dernier congrès du parti, l’été dernier».

La clientèle du FLN ne s’arrête pas aux  personnalités de la sphère politique et financière, mais elle se recrute également parmi les voyous et les délinquants recrutés pour accomplir les sales besognes.

https://www.youtube.com/watch?v=m3UaVTtxw-s

Massi M.