L’Instance de concertation et de suivi (Icso) a arrêté, après une réunion tenue hier à Alger, la liste des participants à la conférence organisée pour le 30 mars prochain. L’opposition, fédérée au sein de la CLDT, compte construire un noyau dur autour de personnalités de poids.

Une liste comportant 160 personnalités nationales ainsi qu’une déclaration générale ont été élaborées conjointement. Concernant les partis politiques, le nombre de participants a été arrêté à dix militants par formation politique.

Mazafran II sera l’occasion pour l’opposition de faire le bilan de ses activités depuis la tenue de sa première conférence en 2014. Il sera également question de passer en revue la situation que vit actuellement le pays. Des échos parvenant du terrain font état de la préparation d’une déclaration commune dénonçant avec une grande virulence le retour triomphaliste de l’ex-ministre de l’Énergie, Chakib Khalil.      

L’opposition compte, par ailleurs, se renforcer par le ralliement de plusieurs personnalités de poids, notamment d’anciens responsables à l’instar de Mokdad Sifi, Smaïl Hamdani, Sid Ahmed Ghozali ou encore Mouloud Hamrouche.

L’opposition a clairement exprimé sa volonté d’aller au-delà des divergences pour tenter de proposer des solutions réalistes, viables et surtout plus efficaces que celles avancées par le gouvernement.

Appréhendant un éventuel succès de cette démarche, les partis satellites du pouvoir, chapeautés par le FLN de Ammar Saadani, s’emploient à torpiller, du moins sur le plan médiatique, cette nouvelle initiative de l’opposition.

M. Mansour  

 

Notez cet article