Diffuser sur Facebook des photomontages raillant le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son frère conseiller, Saïd Bouteflika, est considéré comme un délit en Algérie. 

Preuve en est, Zoulikha Belarbi, une internaute originaire de Tlemcen, vient d’être condamnée par le tribunal de Tlemcen à une amende de 100 mille DA pour « atteinte au Président », a-t-on appris.

La justice reproche à cette internaute d’avoir diffusé sur son compte Facebook une photomontage où les visages d’Abdelaziz et Saïd Bouteflika remplacent les visages des acteurs d’un feuilleton turc. La justice a jugé cette publication diffamatoire et attentatoire à la dignité des deux dirigeants.

Ce n’est pas la première fois que des internautes se retrouvent sur le banc des accusés en Algérie pour avoir osé partager sur les réseaux sociaux des publications jugées moqueuses à l’égard du Chef de l’Etat. En avril 2015, le caricaturiste Tahar Djehiche a été convoqué par la police de Lemghir, dans la wilaya d’El-Oued, pour subir un interrogatoire en bonne et due forme au sujet d’une caricature diffusée sur Facebook et jugée offensante à l’égard du président… Bouteflika.

Plusieurs autres internautes, de parfaits anonymes, ont été convoqués par les services de sécurité, ces deux dernières années, suite à leur posts sur les réseaux sociaux.

Notez cet article