L’ONG «Portes Ouvertes», spécialisée dans la défense des droits des minorités chrétiennes, dresse un bilan critique de la loi réglementant les cultes non-musulmans, dix ans après son adoption, en février 2006.

L’ordonnance 06-03 n’a, selon Mahmoud Haddad, président de l’Église protestante d’Algérie, «nullement contribué à organiser le culte chrétien, contrairement à ses prétentions. Elle constitue encore un outil de persécution entre les mains des autorités». Il explique que cette loi est injuste à l’égard des chrétiens à qui l’on refuse le droit de partager leurs convictions religieuses.

Mahmoud Haddad dit ne pas être optimiste pour l’avenir. Pour lui,  cette loi demeure une menace pour les églises et les chrétiens.

À cet effet, il aborde la question des arrestations pour prosélytisme. L’ONG rappelle qu’un fidèle a été condamné à cinq ans de prison ferme en 2011 pour «prosélytisme et offense au prophète de l’islam».

La question de la pluralité religieuse reste un sujet très sensible en Algérie. Les autorités demeurent inflexibles s’agissant des cultes non-musulmans.

M.M.

Notez cet article